Onfray et les antispécistes
26 septembre 2009, 3:35
Filed under: Actu | Étiquettes: , ,

Je retranscris ci-dessous l’article du philosophe libertaire Michel Onfray publié dans Siné Hebdo (n°50 – 19 août 2009, 2euros dans tous les bons kiosque).

sinehebdo50

Aujourd’hui, contre le féroce anthropocentrisme régnant, des gens se lèvent enfin, oh très peu, comme certains s’étaient élevés contre l’esclavage à une certaine époque. On aurait dit : qu’est-ce qu’ils ont ceux-là ? Ils s’appellent
antispécistes.

Michel Onfray nous a tout expliqué la semaine dernière. Il les approuve mais s’insurge contre les plus extrémistes qui finiront par se faire leur George Besse, leur Aldo Moro et contre un de leurs leaders qui fait de l’abattoir d’animaux le strict équivalent de la solution finale. Ce qui fait la différence c’est la haine.

Mais la relation avec les animaux est une grande question de notre temps, dis-je pompeusement.
Jackie Berroyer


Les antispécistes mènent un combat qui les honore : ils luttent contre cette idée chrétienne qui consiste à dire que l’homme a été créé par Dieu comme preuve du couronnement de Son génie, que, de ce fait, il domine la nature et qu’il a donc le droit d’user des animaux comme il l’entend pour son loisir, son travail, sa nourriture et son bon plaisir. Que des militants de cette cause existent est une bonne chose. Que le philosophe Peter Singer mène ce combat dans La Libération animale (Grasset) avec des arguments qui ébranlent toute conscience formatée au rationalisme occidental, dont moi, est également intellectuellement salutaire.

Depuis sept ans que j’enseigne une histoire alternative de la philosophie à l’université populaire de Caen en mettant en avant les penseurs atomistes, les épicuriens, les athées, les hédonistes, les sensualistes, les matérialistes, les anarchistes, j’ai découvert que la plupart de ces philosophes oubliés, négligés, écartés, défendaient cette thèse radicale : il n’y a pas une différence de nature entre les hommes et les animaux (ce qu’affirment les judéo-chrétiens) mais une différence de degrés (ce que disent les antispécistes) . Ce qui change tout…

Le combat antispéciste est légitime quand il nous invite à réfléchir sur la souffrance animale, la légitimité de l’expérimentation scientifique avec les bêtes, le bien-fondé du végétarisme (auquel toute conscience qui s’exerce un tant soit peu à la réflexion ne peut que consentir intellectuellement…), les conditions indignes de l’élevage industriel, la tragédie que représente philosophiquement l’abattage programmé d’êtres vivants, la sauvagerie de toute spectacularisation de la mort comme dans le cas de la corrida ou des combats de coqs, la honte associée à toute entreprise carcérale de type zoo, et la nécessité de penser autrement notre rapport aux animaux. Sur ce terrain, notre humanité patine, elle retarde, elle périclite.

Je ne peux voir un chargement de veaux, de porcs ou de moutons dans un camion qui se dirige vers l’abattoir sans une immense empathie, une véritable souffrance physiologiquement expérimentée, une honte d’être un homme dont la tribu s’arroge le droit de ces odieux charrois. Mais je ne puis accepter que des militants antispécistes, dont parfois Peter Singer, assimilent ces convois aux trains de la mort qui conduisaient des déportés vers les chambres à gaz ou fassent de l’abattoir le strict équivalent de la solution finale…

J’ai le cœur retourné devant les images de taureaux sacrifiés dans des arènes, d’animaux torturés dans des laboratoires, de phoques massacrés sur la banquise, de compagnons  domestiques suppliciés par des crétins qui ne les valent pas. Mais je m’insurge que des commandos déterrent l’urne funéraire de la mère du patron de Novartis (le laboratoire qui expérimente sur des animaux), profanent sa tombe avec des inscriptions insultantes, incendient des domiciles, menacent de mort, promettent d’enlever les enfants des responsables de cette entreprise, fassent courir de fausses réputations de pédophilie sur ces gens-là, car… les bêtes ne manifestent pas cette inhumanité-là ! Et pour cause… Ces personnes montrent qu’il existe tout de même une différence entre les hommes et les animaux : seuls les premiers jouissent de mal qu’ils font. J’invite ces « humains » à prendre des leçons auprès des animaux…

Michel Onfray, Siné Hebdo n° 50, 19 août 2009

Site perso de Michel Onfray

Siné Hebdo


11 commentaires so far
Laisser un commentaire

Mais les manifestations,les écrits,les stands pour faire respecter les droits des animaux à ne pas souffrir,être torturés et massacrés ne servent à rien,donc je peux comprendre l’énergie du désespoir de ceux qui,devant l’inertie des pouvoirs publics,ont recours à la violence.

Commentaire par candy

si, les stands et les écrits servent, ils permettent la poussée d’une réflexion dans certains esprits

si, ils servent, parce que des militants qui tiennent des stands se sont retrouvés en garde à vue… si ce qu’ils font gêne les forces de l’ordre (et ceux qui leurs donnent des ordres) c’est bien que cela a un effet…

Commentaire par Steph

C’est bien d’en parler mais malheureusement, Mr Onfray ne fait pas le parallèle entre ses réflexions et les actions qu’il entreprend ou pas dans sa vie quotidienne… Et je ne peux qu’agréer au commentaire de candy ; l’inertie et la cruauté de l’espèce humaine peuvent sérieusement mettre la rage à certains de ses représentants dotés d’une conscience exacerbée du vivant ! (sauf pour cette histoire de violation de sépulture, je pense qu’il faut s’attaquer directement aux responsables, pas à leur famille).

Commentaire par nina miller

il est dommage qu’un mouvement soit réduit à 0,000001% de ses militants… la plupart des antispécistes font la promotion du végétarisme, révèlent ce qui se passe derrière les murs des abattoirs, font pression pour qu’en attendant la fin de toute exploitation animale les traitements les plus horribles soient abolis… quand à la comparaison avec l’holocauste, elle n’est qu’une simple comparaison sans affirmation d’identité.

Commentaire par quentin deboeuf

Parler d’assimilation me semble une erreur, le rapprochement est celui de la mécanisation et de l’industrialisation de la mort. La démonstration que l’holocauste et que tout massacre de masse n’est possible que lorsque le massacreur rabaisse le massacré à l’état d’un « simple » « animal »… Lire à ce propos le très bon « un eternel treblinka » de Charles Patterson.
Je m’insurge également contre tout acte violent visant à faire avancer « plus rapidement », par sa médiatisation, une cause pourtant juste…
Deux remarques, donc, premièrement, peter singer n’est pas « le » représentant de la libération animale, même si le mouvement c’est beaucoup appuyé sur sa réflexion.
Secondo, il est dangereux de faire un tel raccourci entre Shoa et libération animale, la aussi, on ne doit pas perdre de vue la différence de degrés, et ne pas perdre de vue également l’ampleur du massacre des autres espèces pour notre bon plaisir !!

Commentaire par kerloen

Malheureusement, la comparaison est là, dans le massacre. Ca ne peut que faire penser aux Nazis, aller on tue, tout le monde s’en fout. Aujourd’hui c’est pareil, il n’y a de différence que l’être, mais le sadisme des gens et la souffrance des bêtes est la même.

Commentaire par Angel

ce ne sont pas les antispécistes qui assimilent le sort des animaux à la shoah. l’exploitation animale existait avant les convois de déportés, c’est bien eux qui ont eu l’idée d’utiliser des wagons à bestiaux pour enfermer des êtres humains. les camps d’extermination ont été créés dans le but de permettre la mise à mort du plus grand nombre d’individus possible, tout comme les chaînes des abattoirs du dix-neuvième siècle aux états-unis. c’est bien les nazis qui ont fait sciemment le rapprochement entre exploitation animale et solution finale.

quant au recours à la violence, ça me paraît évident qu’il reste notre pire ennemi. je côtoie assez de non-végétariens pour savoir qu’ils ne seront jamais convaincus par une action violente, elle aurait même l’effet inverse. on passe déjà assez facilement pour des tarés sans ça. dommage qu’onfray ne profite pas de son article pour parler plutôt de l’immense majorité de végétaliens qui se revendiquent non-violents.

Commentaire par laurent

« c’est bien eux qui ont eu l’idée d’utiliser des wagons à bestiaux… » je voulais parler des nazis! ça m’apprendra à me relire avant d’envoyer un commentaire.

Commentaire par laurent

Onfray n’apprécie pas que l’on mette dans le même sac les convois d’animaux destinés à l’abattoir et les trains de la mort parce qu’en tant que gastronome de gauche, ça l’oblige à se remettre en question. S’il avouait reconnaître une similitude, il se sentirait nazi (ce qui, après ses écrits serait gênant) et devrait remettre en question ses habitudes alimentaires. C’est dur pour un hédoniste !

Commentaire par Absynthe

Concernant la vidéo, je comprends l’intention qui est pour ma part très naïve. J’adore les animaux, en règle général de plusieurs degrés au-dessus de la moyenne…

Bref, l’être humain a chassé des animaux depuis la nuit des temps, il en mangera toujours et c’est comme çà. Maintenant, le débat concerne la manière de traiter ces animaux et de les abattre. Dans un contexte industriel où il faut le toujours plus; c’est particulièrement ignoble..!!! C’est à vomir. Cela peut aussi s’appliquer à la pêche, où des milliers, des millions de poissons se font prendre ainsi que nos potes dauphins. Le tout est de « prélever » dans la nature, et non pas de massacrer et d’anéantir. Les tribus indigènes le font toujours, et cela est respectable envers la nature, les animaux et l’éco-système. Le monde tribal (que je fréquente) est plus respectueuse de la nature que n’importe quel militant écologiste. Cela dit, si un amérindien du sud se trouvait nez-à-nez avec un rayon de boucherie, il ferait la gueule et serait très triste de voir les animaux traités ainsi. Encore une fois dans la manière de faire européenne. La viande humaine ? Cela doit être très bon :,), il faut poser la question à quelques tigres et crocos, sans les juger pour autant.

Commentaire par Francis

« C’est comme ça » ? J’espère que vous n’auriez pas pensé cela de l’esclavage des noirs. Non, ce n’est pas « comme ça ». Nous avons mangé de la viande depuis la nuit des temps; et alors ? Une pratique se légitime-t-elle par sa seule ancienneté ? Donc l’esclavage dont je parlais, aurait pu être légitimé par le fait que nous y avons eu recours pendant d’interminables siècles. Une pratique est bonne ou mauvaise en elle-même; qu’elle soit ancienne ou non. Qui donc êtes-vous pour décrêter que le débat doive se rencentrer uniquement sur la manière dont nous élevons, transportons et abattons les animaux, en somme la manière dont nous les traitons ? Il n’est fondamentalement pas légitime d’exploiter l’animal, que les conditions dans lesquelles nous le faisons soient jugées « bonnes » ou non, ainsi qu’il ne l’était pas au sujet de l’esclavage des noirs. Nous ne dirions pas de cet esclavage qu’il est légitime si nous l’accomplissons de manière « humaine » (et qu’est-ce que veut dire « humainement » ?). Le parallèle avec l’esclavage choquera à coup sûr, mais avant de s’y opposer vigoureusement et de le dénoncer, pensez à expliquer rationnellement pourquoi il ne peut se justifier. Et si vous acceptez de suivre cet ordre logique des choses, ce n’est pas demain la veille que vous pourrez vous opposer à l’analogie avec l’esclavage. Quand on pense que l’esclavage date de quelques siècles, que le racisme est encore présent, que les femmes sont discriminées… encore aujourd’hui… personnellement cela me suffit pour comprendre qu’il n’est pas étonnant que nous ayons recours à des pratiques injustes telles que l’exploitation animale.

Commentaire par Jaued




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :