Majeures, tatouées et vaccinées
2 janvier 2010, 5:51
Filed under: Sur la toile | Étiquettes: , , , ,

Le goût pour le trash, le burlesque et le fétichisme est depuis quelques années en plein renouveau. Les années 40 et 50 sont revisitées et exposées au grand public par le biais de star comme Dita Von Teese mais de nombreux sites alternatifs de la scène underground remettent au goût du jour la figure de la pin-up.

Les vêtements rétro et vintage n’ont plus exclusivement leur place dans les friperies et les étales des brocanteurs mais ils s’affichent sur papier glacé, portés par de ravissante créature.

Loin d’être de soumises mégères, les nouvelles pin-ups s’affichent avec des tatouages et des piercings, revendiquent et affirment leur différence, et bien souvent militent pour un féminisme « nouvelle génération ».

Une Suicide Girls s’exprime :

« Il y a des filles qui sont ultra féminines, d’autres non. Il y a des féministes et des femmes au foyer. Des mamans et des filles. Des travailleuses et des glandeuses. Des étudiantes, des fêtardes, des romantiques… il y a plein de filles différentes. Et pourtant on est ensemble et on partage des choses donc une passion je pense qu’il s’agit de la photo mais aussi un goût du risque au fond. »

De nombreux sites communautaires fleurissent sur le net comme Gods Girls, Pin Up Pincess, Deviant Nation, mais le principal et le précurseur reste Suicide Girls.

C’est un moyen pour les modèles de gagner de l’argent puisque les shootings photos sont plutôt bien rémunérés, surtout quand on a 18 ans. Le coté fun et décalé joue pour beaucoup ainsi que la possibilité de se faire connaître dans le milieu et de partager une expérience forte avec une communauté, des professionnels du monde de la photo, de la mode et de la communication.

« J’avais à peine 18 ans, personne dans mon entourage ne connaissait SG. J’étais en pleine période rebelle… Ce n’était pas vraiment réfléchi sur le coup mais au fil du temps, j’ai grandi et je sais que la communauté m’a beaucoup aidé pour ça… C’est sûrement parti d’un défi, un acte presque « suicidaire » pour se foutre en l’air et finalement ça a tourné comme étant le meilleur truc que j’ai fait pour moi-même. »

C’est aussi un risque pris, puisque les photos sont mises à disposition des internautes (souvent contre le paiement d’un abonnement) et qu’une fois sur le net les photos se retrouvent vite sur les réseaux peer-to-peer et que leur circulation devient incontrôlable.

Les détracteurs les accusent de pornographie déguisée et de rabaisser les femmes au statut d’objet commercial et sexuel. La passerelle avec l’alt-porn est évidente pour certains modèles mais tout dépend de la personnalité de chacune.

Remerciements à Sysca des Suicides Girls.


Myspace :

Suicide Girls

Gods Girls

Pin Up Princess

Deviant Nation

Desillusion Girlz

Nomalez Girlz

Trash and Glam



Crevards de tous les pays, syndiquez-vous !
28 février 2009, 2:44
Filed under: Sur la toile | Étiquettes: , ,

Bien loin d’un syndicat politique classique, le Syndicat du Hype (SDH) est né avec la volonté de regrouper des personnes ayant le même centre d’intérêt pour la teuf, les bons plans et les Open Bar mais aussi les événements underground de la capitale.

sdh

Le SDH ironise et critique ouvertement les « branchés », les membres de la hype parisienne, dont les soirées sont privées à moins d’avoir son nom sur la liste…

D’où l’intérêt de faire circuler les bons plans pour qu’un maximum de personnes puissent en profiter et contrer ce sectarisme en s’incrustant dans les lieux où il faut être.

Le réseau du SDH communique via le net et les sites communautaires (Myspace, Facebook, blog ou blog etc), par le biais d’une liste de diffusion.

Et depuis peu, tous les soirs en direct via une webTV Yakoi’soir ? avec un briefing en live d’une heure fait de délire et de bons plans (vernissage, cocktails, inaugurations, open bar…)



OZ break prison…
6 février 2009, 5:56
Filed under: Culturel | Étiquettes: , , ,

Bien loin de la série Prison Break et de ses clichés sur l’univers carcéral, sa violence cachée et son scénario invraisemblable, OZ fait presque penser à un documentaire…

Elle décrit le système carcéral et judiciaire américain avec beaucoup de réalisme. Et la réalité est implacable : drogue, violence, sexe, viol, meurtre… La série a d’ailleurs été interdite au moins de 16 ans.

oz11

La prison d’OZ est aussi le reflet du communautarisme à l’américaine avec ces groupes :

les musulmans, les gangsters afro-américains (Homeboys), les latinos, les italiens, les irlandais, les aryens (Brotherhood), les bikers (Hell’s Angels), les homos, les chrétiens et les autres.

Créée et diffusée dès 1997 sur le réseau américain HBO puis en France, OZ reste malheureusement encore méconnu du public, espérons que cet article change la donne !



L’ultra-gauche se met à nue !
12 janvier 2009, 7:28
Filed under: Lecture | Étiquettes: , , , , ,

Récemment ressortie des cartons par les médias français pour désigner les présumés responsables de retard sur une ligne de TGV en Corrèze, l’expression « ultra-gauche » fait peur et renvoie inévitablement aux actes de malveillance, sabotages et n’ayons pas peur des mots aux actes de terrorisme !

Le collectif libertaire de Tarnac, œuvrant pour une société plus juste aurait pu être les personnages principaux du dernier roman de Jean-Bernard Pouy.

Auteur majeur du polar français, et depuis longtemps témoin et acteur des milieux libertaires, Jean-Bernard Pouy publie un roman plein d’humour et de rebondissements qui permettra à certains de découvrir les idées des anarchistes et leur façon d’appréhender le monde.

L’auto-gestion, le troc et l’échange en lieu et place du commerce, des représentants de groupes élus et révocables à tout moment, on est bien loin des actions terroristes mise en avant par notre ministre de l’intérieur national !

pouy

Pour en revenir au livre : un collectif libertaire décidé à faire passer la contre-société alternative à la vitesse supérieure organise son « université d’été » dans un camp naturiste. Parce qu’à poil on ne peut plus rien cacher ! Au programme, donc : plage, surf, amours libres et … prises de bec.

Un polar d’actualité qui ravira les amateurs du genre comme les autres !

Jean-Bernard POUY, Nus, Fayard Noir, 2007.



Des VG chez les SG
17 décembre 2008, 2:07
Filed under: Sur la toile | Étiquettes: , , , , ,

Vous avez surement déjà entendu parler des SuicideGirls, ces pin-up tatouées et percées, dont une partie s’inspire de la mode rétro des années 50.

Clairement féministe, les SuicideGirls exhibent leur nudité par le biais de photos et affichent une volonté de choquer et de non respect des conventions.

Certaines SuicideGirls défendent la cause animale par le biais de campagne anti-fourrure et en ventant les vertus d’un régime vegan (végétalien qui exclut aussi la laine, le cuir et les produits testés sur les animaux).

La fameuse association américaine PETA (People for Ethical Treatment of Animals) agit au quotidien pour améliorer le sort des animaux en lançant des campagnes médiatiques avec des célébrités du monde du cinéma, de la musique ou de la mode.

Peta2

SuicideGirls



Un canapé gratuit à l’étranger !
10 décembre 2008, 9:16
Filed under: Sur la toile | Étiquettes: , , ,

Le principe du CouchSurfing est tout simple : c’est un service d’hébergement de personnes en ligne, gratuit et sans pub ! Le principe est de mettre en relation des personnes qui vivent dans différents pays afin de faciliter et d’encourager les échanges humains et culturels.

Le but est de créer une chaine de solidarité à l’échelle mondiale, une sorte de « chaine des canapés ».

Une simple inscription sur le site communautaire CouchSurfing.com et le tour est joué ! On y précise ses possibilités d’héberger quelqu’un chez soi, ou juste partager une ou deux heures de son temps avec un CouchSurfeur pour boire un verre… De toute façon, on reste maître de décider qui l’on veut recevoir ou non.

Inversement, vous projetez un déplacement en Allemagne ou Irlande ? Faites une demande d’hébergement auprès de membres inscrit dans ces pays, il y a plus de 700 000 membres dans plus de 200 pays !

Une fois sur place, une véritable convivialité s’instaure et le partage humain est unique !

A vos sacs à dos !

The CouchSurfing Project

couchsurfing