Quitte le pouvoir !
4 décembre 2010, 5:36
Filed under: Actu, Culturel | Étiquettes: , , ,

Un petit clin d’œil à l’actualité politique en Cote d’Ivoire avec le chanteur ivoirien Tiken Jah Fakoly, qui a compris que bon nombre de régimes et de leaders politiques ne font qu’enfoncer un peu plus leur pays dans la souffrance et la misère.

Certains chefs d’État s’accrochent au pouvoir comme des moules sur un rocher…
Un seul mot d’ordre : quitte le pouvoir !



Hip Hop Conscient
25 novembre 2009, 12:44
Filed under: Culturel, Sur la toile | Étiquettes: , , ,

Le rap n’est pas qu’une succession de clichés mais peut être aussi le berceau d’une production militante et de qualité, la preuve sur le site BboyKonsian.com (B-Boy : break-dancer en hip-hop et Konsian : pour rap conscient en opposition avec un rap commercial)

On peut y retrouver l’actu du rap et du reggae/dancehall underground, mais aussi des albums en téléchargement gratuit (mis en téléchargement par les groupes et artistes) dans une optique militante, anti-fasciste et révolutionnaire.

On peut y trouver des artistes comme La Rumeur, Sheryo, Casey, la K-Bine mais aussi des artistes moins connu comme HarKore et Hame, Lord Bitum ou Daddy Clean.

BboyKonsian



Excellente idée
11 octobre 2009, 8:16
Filed under: Culturel | Étiquettes: , ,

Georges Brassens, Mourir pour des idées (Fernande, 1972)

Mourir pour des idées, l’idée est excellente
Moi j’ai failli mourir de ne l’avoir pas eu
Car tous ceux qui l’avaient, multitude accablante
En hurlant à la mort me sont tombés dessus
Ils ont su me convaincre et ma muse insolente
Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi
Avec un soupçon de réserve toutefois
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente,
D’accord, mais de mort lente

Jugeant qu’il n’y a pas péril en la demeure
Allons vers l’autre monde en flânant en chemin
Car, à forcer l’allure, il arrive qu’on meure
Pour des idées n’ayant plus cours le lendemain
Or, s’il est une chose amère, désolante
En rendant l’âme à Dieu c’est bien de constater
Qu’on a fait fausse route, qu’on s’est trompé d’idée
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

Les saint jean bouche d’or qui prêchent le martyre
Le plus souvent, d’ailleurs, s’attardent ici-bas
Mourir pour des idées, c’est le cas de le dire
C’est leur raison de vivre, ils ne s’en privent pas
Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent
Bientôt Mathusalem dans la longévité
J’en conclus qu’ils doivent se dire, en aparté
« Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente »

Des idées réclamant le fameux sacrifice
Les sectes de tout poil en offrent des séquelles
Et la question se pose aux victimes novices
Mourir pour des idées, c’est bien beau mais lesquelles ?
Et comme toutes sont entre elles ressemblantes
Quand il les voit venir, avec leur gros drapeau
Le sage, en hésitant, tourne autour du tombeau
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

Encor s’il suffisait de quelques hécatombes
Pour qu’enfin tout changeât, qu’enfin tout s’arrangeât
Depuis tant de « grands soirs » que tant de têtes tombent
Au paradis sur terre on y serait déjà
Mais l’âge d’or sans cesse est remis aux calendes
Les dieux ont toujours soif, n’en ont jamais assez
Et c’est la mort, la mort toujours recommencée
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente

O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas
Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres!
La vie est à peu près leur seul luxe ici bas
Car, enfin, la Camarde est assez vigilante
Elle n’a pas besoin qu’on lui tienne la faux
Plus de danse macabre autour des échafauds!
Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
D’accord, mais de mort lente



Je dis non…
21 août 2009, 12:15
Filed under: Actu, Culturel | Étiquettes: , , , ,

Le chanteur de reggae ivoirien Tiken Jah Fakoly milite à sa manière contre la pratique de l’excision (ablation du clitoris) qui fait encore aujourd’hui des milliers de femmes victime de cette tradition barbare.

Elle sont venues les femmes
avec un grand couteau
elle a bien cru qu’elle allait y laisser sa peau
et puis ce matin
il a fallut qu’elles entrent
pour couper une fleur
cachée sous son ventre

Refrain:
non à l’excision,
je dis non à l’excision
ne les touchez plus
elle ont assez souffert

un homme sur son ventre
son corps ne répond même pas
elle voudrait bien qu’il rentre
mais elle ne le sens même pas
il est juste la juste la pour semer sa graine mais ce champs qu’il laboure
est une triste de plaine
Refrain:
non à l’excision
je dis non à l’excision
ne les touchez plus elle ont assez souffert(bis)

on lui a coupé la peau
peut-être qu’il l’ a vendent
comme un morceau de viande
un si petit morceau
+ de paroles

on lui a couper la peau
juste un bout de son corps
ils l’ont pris dans son ile
le plus beau des trésors

Refrain:
non à l’excision
je dis non à l’excision
ne les touchez plus
elle ont assez souffert

Plus d’infos sur la pratique de l’excision



France à fric
10 juillet 2009, 10:23
Filed under: Culturel | Étiquettes: , , , ,

Loin des clichés du rap, Rockin’Squat a un discours engagé et des paroles qui ont du sens. Il dénonce ici la Françafrique, le réseau d’influence de la France en Afrique depuis la décolonisation sur le plan de la langue (le français), sur le plan militaire (fourniture d’armes) et sur le plan économique (ressources naturelles : pétrole, bois, minerais en tout genre).

Les chefs d’Etat et les grandes firmes multinationales qui exploitent les richesses naturelles et les habitants de l’Afrique sont dénoncés et mis au pilori.

Allons enfants de la patrie
Il est temps d’apprendre la vrai histoire
Celle qui encore aujourd’hui
Ramène des milliards d’euros aux pouvoirs
Afrika Afrika La France t’aime
Afrika Afrika La France te ken
Afrika Afrika ce continent saigne
Afrika Afrika il y a trop de problème
France mon pays mais pas mes atouts
En soutenant le Soudan ou le Zaïre Mobutu
France mon pays mais pas mon combat
J’n’ai pas tué abdala ni soutenu Eyadema
Ni le Tchad de Déby pour l’clan des Zaghawas
J’ai pas mis au Cameroun en place Paul Biya
J’décimme pas la forêt comme le groupe Bolloré
Et j’n’ai aucun intérêt dans l’génocide rwandais
G. L. N. F. tiens d’autres illumis nazi à la tête de Elf
D.G.S.E. on a aussi notre C I A pour qu’ils se tiennent mieux
On me parle d’immigration mais jamais de la BNP
De la Société Générale ou du crédit Lyonnais
Qui fond des millions d’euros en Afrique sur le pétrole
Anéantissent le Congo d’autre le Sierra Leone

L’indépendance de l’Afrique personne n’en veut
Surtout pas les démocratie d’Europe qui ferment les yeux
La banque Conti au Luxembourg affilié à Paris Bas
Avait comme client Houphouet Boigny ou Bokassa
Dirigé par Nadhmi auchi pote de Pasqua
C’est banque à financé Radio qui tuas rwanda
Eh Négro c’est Fonky Babtout qui rappe l’infos
Elevé au poulet braisé sauce mafi de Bamako
Charles de Gaule donna l’indépendance à Afrika
Mais mis en place Jacques Fauccart qui les niquas
Me raconte pas tes histoires je sais de quoi j’parle
Trafiques de femme d’armes trafique de came
Tu veux de la poésie écoute mon flow
Ici c’est Rockin Squat le relais d’l’info
Les Mittérants on toujours cautionné les dictatures
Celles de Sassou Nguesso où celle d’autre ordures
O.T.A.N. on dirait qu’ils sont tous de mèche pour qu’l’Afrique saigne
Forestiers Rougier l’exploitation du bois continue de la tuée

 



Tribute to Ali Farka Touré
6 mars 2009, 10:37
Filed under: Culturel | Étiquettes: ,

Cela fait 3 ans jour pour jour qu’est mort le musicien malien Ali Farka Touré, c’est l’occasion de lui rendre hommage et de continuer à faire vivre son œuvre et sa musique.

timbuktuandinthehearth

C’est l’un des plus célèbre guitariste de blues africain qui s’est fait connaître par le biais de tournée mondiale et par l’obtention de Grammy Awards du meilleur album traditionnel de musique du monde en 1994 et 2006 pour Talking Timbuktu et In the Heart of the Moon.



Dédicaces à M. Jégo
3 mars 2009, 10:22
Filed under: Actu, Culturel | Étiquettes: , , , ,

En ces temps de fuite de ministre, de vie chère et de grêves générales, les Antilles sont au coeur de l’actualité, avant de retomber dans l’oubli…

Bien loin des clichés sur les Antilles, de la Compagnie Créole et Franky Vincent, la rappeuse Casey du Blanc-Mesnil (93) originaire de la Martinique donne sa vision de son île…

Casey, Chez Moi (Extrait de Tragédie d’une trajectoire, 2006, Dooeen Damage/Anfalsh)

Connais-tu le chardon, la chabine
Le coulis, la peau chapée, la grosse babine
La tête grainée qu’on adoucit à la vaseline
Et le créole et son mélange de mélanine
Connais-tu le morne et la ravine
Le becquet qui très souvent tiens les usines
La macquerelle qui passe son temps chez la voisine
Et le crack et ses déchets de cocaïne
Connais-tu le Mont-Pelé et la savane
Les pêheurs du Carbel, les poissons de tartane
Et les touristes aux seins nus à la plage des Salines
Pendant que la crise de la banane s’enracine
Connais-tu Frantz Fanon, Aimé Césaire
Eugène Mona et Ti Emile
Sais-tu que mes cousins se foutent des bains d’mer
Et que les cocotiers ne cachent rien d’la misère

Refrain (Bis): Chez moi, j’y vais par période
C’est une toute petite partie du globe
Tu verra du Magra sur les draps, les robes
Et puis sur la table, du crabe, duu shrob

Sais-tu qu’on soigne tout avec le rhum:
La tristesse, les coupures et les angines
Que l’Afrique de l’ouest et d’Inde sont nos origines
Que l’on mange riz et curry comme tu l’imagines
Sais-tu que chez moi aux Antilles
C’est la grand-mère et la mère le chef de famille
Que les pères s’éparpillent et que les jeunes filles
Elèvent seules leurs gosses, les nourrissent et les habillent
Sais-tu qu’on écoute pas David Martial
La compagnie créole et « c’est bon pour le moral »
Et que les belles doudous ne sont pas à la cuisine
A se trémousser sur un tube de Zouk’ Machine
Sais-tu que là-bas les p’tits garçons
Jusqu’à 4 ans doivent garder les cheveux longs
Et sais-tu aussi que mon prénom et mon nom
Sont les restes du colon britannique et breton

Refrain (Bis)

Sais-tu qu’ont prient avec la Bible
Fêtent le carnaval comme toute la Caraïbe
Que nos piments sont redoutables
Nos anciens portent des noms du sexe opposé pour éloigner le Diable
Sais-tu que chez nous c’est en blanc
Et au son des tambours qu’on va aux enterrements
Et qu’une fois par an:Cyclones et grands vents
Emportent cases en tôle, poules et vêtements
Sais-tu comme enfants et femmes
Labouraient les champs et puis coupaient la canne
Sais-tu que tous étaient victimes
Esclaves ou Neg’ Marrons privés de liberté et vie intime
Sais-tu que notre folchlore ne parle que de cris
De douleurs, de chaînes et de zombies
Mais putain! Sais-tu encore aujourd’hui
Madinina: L’île aux fleurs est une colonie

Myspace Casey